Connect with us

Politique

La réaction du Quai d’Orsay après la suspension l’enquête sur l’explosion du port de Beyrouth

Nouveau coup d’arrêt que vient de subir l’enquête locale menée par le juge d’instruction Tarek Bitar, le Quai d’Orsay réagit.

Publié

on

La réaction du Quai d'Orsay après la suspension l’enquête sur l’explosion du port de Beyrouth

Plus d’un an après la dramatique double explosion au port de Beyrouth qui a coûté la vie à au moins 218 personnes, l’enquête est suspendue pour la deuxième fois, plombée par les obstructions politiques. 

À la suite d’une plainte déposée par l’ancien ministre de l’Intérieur libanais Nohad Machnouk, le juge d’instruction Tarek Bitar s’est vu obligé de suspendre ses investigations lundi 27 septembre.Une mobilisation populaire de soutien au magistrat s’est tenue mercredi 29 septembre devant le palais de Justice de Beyrouth.

Des hauts dirigeants dont Nohad Machnouk, sont soupçonnés d’ « intention présumée d’homicide, négligence et manquements ». Les responsables sont accusés de ne pas avoir agit pour éviter ce drame dévastant une partie de la capitale et près de 6500 blessé. Au courant de la présence de plusieurs centaines de tonnes de nitrate d’ammonium entreposées depuis 2013 sans précaution au port de Beyrouth, le ministre, ainsi, plusieurs responsables sécuritaires devaient être auditionnées ce 1er octobre.

Pourtant, le pouvoir politique libanais accusé a su geler l’enquête. Ce qui a suscité la réaction

Au point de presse, la porte-parole a répondu à la question suivante :

Q : Avez-vous une réaction à la suspension, décidée hier, de l’enquête menée par le juge Bitar concernant l’explosion du 4 août 2020 dans le port de Beyrouth ?

R : La France regrette la suspension de l’enquête visant à établir la vérité et les responsabilités relatives à l’explosion dans le port de Beyrouth le 4 août 2020. Les Libanaises et les Libanais ont le droit de savoir.

La justice libanaise doit travailler en toute transparence, à l’abri de toute interférence politique. Il revient aux autorités libanaises de permettre à l’enquête de se poursuivre avec les moyens financiers et humains nécessaires, afin de faire toute la lumière sur ce qui s’est passé le 4 août 2020, conformément aux attentes légitimes de la population libanaise.

Comme l’a indiqué le Président de la République au Premier ministre Mikati le 24 septembre dernier, la France continuera de soutenir le travail de la justice de manière indépendante, sereine et impartiale au sujet de l’enquête.

 

Continue Reading
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Advertisement

Newsletter

Populaire